Ce matin, alors que les enfants prenaient leur petit déjeuner, j'avalais un deuxième café en traînant devant l'écran, les nouvelles régionales sont bien vite lues, il n'y a plus rien sur le site de mon quotidien régional qui ne soit un remâché des posts parus sur Twitter. C'est donc sur le même Twitter que je vais flâner en attendant que le petit en termine avec ses céréales.Dans la colonne de gauche les tendances du jour : parmi les saloperies habituelles, les réflexions racistes et leurs répliques cinglantes font toujours les choux gras des "tendances" sur les réseaux sociaux, je trouve Maupassant, je clique.Le temps que la page se charge, une idée me traverse l'esprit, peut être s'agit-il d'un footballeur, ou d'un type de la téléréalité qui porte ce nom ....La lecture des premières publications me détrompe bien vite, si les textes en langage jeune sont un peu difficiles à décoder pour moi, je reconnais dans l'image la couverture d'un Folio signé Guy de Maupassant, "la maison Tellier" et judicieuse illustration vu le sujet de la nouvelle, une toile représentant des femmes dénudées.Il s'agit bien de "Mon" Guy de Maupassant !Alors pourquoi Maupassant est-il tendance ce matin ?À cause de cette publication reprise plus de 20 000 fois.

Je décode : Ce jeune homme, vraisemblablement collégien, s'est vu demander par son professeur de français ce livre. Après une pensée émue pour cet enseignant qui doit avoir fort à faire pour inculquer la tortueuse orthographe du français à des gamins accoutumés à la graphie d'usage sur Twitter, je regarde la seconde image. C'est une capture d'écran de l'application de messagerie d'un Iphone, dedans les échanges de messages avec sa maman qui s'étonne de l'ouvrage qui vient d'être livré, elle s'est visiblement tout comme le père du gamin focalisée sur la couverture, et s'inquiète pensant que c'est un ouvrage coquin qui vient d'être reçu. Cet échange a donc généré près de 40 000 interactions moitié de "like" et moitié réponses et retweets.

Dans les mêmes proportions, à la louche, je n'ai pas fait de comptage précis de tous les messages.Une première moitié se fout de sa gueule sur le mode "tes parents sont vraiment des abrutis analphabètes qui ne connaissent même pas Maupassant" et une autre moitié répond "Vous êtes durs, quand on a pas grandi en France, il est possible sans être inculte de ne l'avoir jamais croisé Maupassant" - Ben oui, la Maman mentionne Allah, laissant comprendre qu'elle est musulmane, et donc élevée à l'étranger ...La capacité des gens à faire ce genre de raccourcis est étonnante. Je me gratte la tête : cette situation en dit sans doute beaucoup plus qu'une bête bagarre sur les réseaux sociaux.

Maupassant déjà, si l'on remet dans le contexte historique de l'enseignement est effectivement bien souvent abordé au collège.Sans être spécialiste de la question, je me souviens très bien moi-même l'avoir abordé en troisième "le Horla". Ma fille idem un peu plus tôt en quatrième en a étudié aussi des extraits, je suis donc, probablement de la même génération que la mère de ce gosse, si ce n'est, grosso modo du même âge. Ça se tient.Au collège donc au cœur des années 1980, Maupassant était bien abordé, "Horla" encore et toujours .... la maison Tellier non. Devant nous aucun professeur ne se serait risqué à aborder un tel sujet. Scabreux bien entendu devant des adolescents, et surtout la pudibonderie catholique était encore très présente en France au cœur des années 1980 et assurément ceci aurait fait râler des parents.Je me souviens avoir longuement discuté avec la Mademoisselle D qui enseignait le français et le latin à l'époque ( et oui dans les années 1980 l'on arborait encore fièrement le titre de Mademoiselle ! ) - qui s'était pris un courrier de parent d'élève au sujet de "Paul et Virginie" de Bernardin de Saint-Pierre. Paul et Virginie, je résume à l'extrême pour ceux à qui ça aurait échappé est l'histoire d'amour entre ces deux adolescents qui se fini très mal vu que Virginie se noie en refusant d'ôter ses jupons devant son prétendant ...Donc pas plus chaste et plus con comme pudeur. La nouvelle "La maison Tellier" - je l'ai découvert elle beaucoup plus tard, et même pas lue ! Comme j'imagine, l'immense majorité des couillons qui ricanent de l'inculture de la dame j'ai découvert l'existence de la nouvelle par le truchement à peu près simultané, je ne me souviens plus, des téléfilms sur France Télévision reprenant l'oeuvre de Maupassant et le groupe éponyme "La maison Tellier" qui eut sa période de gloire. Le jugement que la twittosphère porte sur la culture des gens est étrange, qu'il soit positif ou négatif, les Twittos ont synthétisé les choses de cette manière :

- La dame cite Allah donc étrangère et/ou née à l'étranger
- Sa réaction trahit le fait qu'elle n'a jamais entendu le nom de Maupassant.

Si l'on déplie un peu l'on se rend compte rapidement que beaucoup d'autres cas de figure sont possibles, et même, pour peu que l'on regarde les choses sous un autre angle, qu'elle connaisse très bien ce vieux polisson de Maupassant ?Et justement s'inquiète qu'il lise précisément "la maison Tellier" ? Il est étrange aussi de voir comme sujet de moquerie, ce "jugement culturel" basé sur la connaissance ou non de "Maupassant", d'autant plus que l'immense majorité des réponses est truffée de grossières fautes d'orthographe alors que, c'est notable, le message de la maman sans être écrit dans un français très soutenu comporte des mots entiers et accordés entre eux. Typiquement et selon l'expression consacrée : "c'est l'hôpital qui se fout de la charité."

L'on peut lire en creux dans cette situation une réplique des tensions de la société alimentée par les opportunismes politiques mais aussi mécaniquement par les réseaux sociaux eux-mêmes. Une pensée complexe ne rentre pas dans Twitter, la simplification à l'extrême, la pratique de raccourcis, le format même des posts réduisent la pensée à sa plus simple et vulgaire expression. C'est véritablement une gangrène intellectuelle qui tire toute pensée vers le bas et il n'est pas très surprenant, dans ce contexte que le racisme quotidien y trouve un terreau idéal pour s'y développer.

Quel rapport avec le référencement naturel me direz-vous ?

Effectivement, je suis sur le blog d'une agence qui propose des services de référencement naturel, il serait donc logique qu'un billet de blog, même d'humeur, aborde de près ou de loin sur cette question. J'y viens, vous l'aurez compris, je suis très réservé sur l'intérêt de Twitter en particulier et des réseaux sociaux en général et pourtant je suis là. Hypocrite n'est-ce pas ? Oui très hypocrite, et pragmatique,  puisqu'imposé par un système où il est obligatoire pour être positionné correctement dans les résultats de recherche sur un secteur concurrentiel il est impératif d'être visible ici, sur Twitter !

Alors, comme disait cet autre polisson de Baudelaire : "Hypocrite lecteur, - mon semblable, - mon frère " combien parmi vous sont piégés ici  ?